Le père Jean-Paul Soulet partage son coup de coeur:

Un livre écrit en 1906 dont l'accent prophétique trouve écho en notre époque. Si bien que sa lecture a intéressé au plus haut point le pape François comme Benoit XVI.

Un livre d'un auteur anglais, fils de l'archevêque anglican de Cantorbéry passé au catholicisme et prêtre.

Un auteur qui manie le suspense à l'anglaise et la science-fiction à la Jules-Verne.

Un livre qui actualise le livre de l'Apocalypse. L'Antéchrist y a le visage d'un messie politique pour un monde entièrement voué au matérialisme où l'homme est son propre dieu.

Une Eglise soumise à la persécution extrême et réduite à sa plus simple expression première.

L'ultime combat d'Armageddon est proche...

Editeur: Pierre Téqui - Prix: 15€
Auteur: « J'ai l'idée d'un livre si vaste que je n'ose y penser, écrit Hugh Benson en 1905. L'Antéchrist commence à m'obséder. Si jamais je l'écris, quel livre ce sera ! ». Un an plus tard, paraît Le Maître de la terre.

Véritable fresque de la fin des temps, ce récit contient la vision d'un monde totalitaire qui trouve l'unité dans la négation de la transcendance et dans la persécution des chrétiens.

Ce passionnant roman d'anticipation décrit une situation qui rejoint les antagonismes spirituels et idéologiques de notre monde contemporain ; prophétie de la venue de l'Antéchrist, il constitue une profonde réflexion sur les dérives actuelles de la pensée unique et de la paix sans Dieu.

L'auteur est né en 1871, au sein d'une famille anglicane (son père deviendra archevêque de Cantorbéry). Sa quête de la vérité le conduira à la conversion et à être ordonné prêtre dans l'Église catholique. Il meurt en 1914, au début d'une guerre qu'il pressentait déjà lorsqu'il rédigeait Le Maître de la terre.